UnsraW au Trabendo

Samedi 6 février avait lieu le concert d’UnsraW, un groupe indies de visual kei. Ils jouaient au Trabendo avec en première partie Eyeless, un groupe montpellierain.

Alors que sur les billets l’ouverture des portes est annoncée à 18h, ce n’est en fait qu’à 19h qu’elles s’ouvrent enfin. Nous avons bien fait de ne pas nous presser pour venir ! En arrivant je suis surprise de voir autant de monde, mais une fois tout les spectateurs rentrés la salle n’est pas très remplis en fin de compte Entre 350 et 400 personnes pas plus, rappelons que le Trabendo peut accueillir 700 personnes.

Nous nous plaçons sur la gauche de la scène sur les escaliers, la vue est bien dégagée ! C’est à 20h que Eyeless entre en scène. Je n’ai pas grand chose à dire sur le groupe, à part un des dernier titre j’ai eu l’impression d’avoir la même chanson de bout en bout. Prestation tout à fait correct, mais qui ne m’a pas plus emballée que cela.

UnsraW c’est quoi pour moi ? Et bien c’est le dernier groupe indies dont j’ai suivie et aimé la carrière, tout du moins leurs débuts. Je connaissais quelques titres de COЯE THE CHILD (ancien groupe de Yuki et Shou) que j’aimais bien. Lorsqu’il a créé UnsraW, j’ai commandé les maxi sans même avoir écouté d’extraits. Bien m’en a pris car j’ai adoré -9- et Gate of death. J’ai moins aimé leurs CD suivants. Et j’ai détesté la façon de filmer leur DVD live qui occultait le public…

N’ayant pas eu la chance de les voir au Japon, c’est du pain béni pour moi de les avoir à domicile ! C’est aussi l’occasion de se faire un petit concert sympa et de revoir plein de monde.

Le son de mon côté est plutôt bon car je suis du côté de l’ingé son. Mais apparemment il n’en était pas de même dans toute la salle, même Yuki, le chanteur à demandé un petit réglage au milieu du concert.

C’est un concert tout ce qu’il y a de plus classique. Entrée des membres un par un sur une musique d’intro, chansons énergiques pour la 1re partie du set, ensuite, une partie plus calme avec deux titres, puis reprise de set plus énergique, la petite pause avant les “encore”, pour se terminer sur la-chanson-qui-dure-10-min (grand classique devant l’éternel dont seuls les amateurs de live house japonnais peuvent comprendre l’intérêt de ces titres à rallonge). Bref, du classique, mais toujours efficace.

Yuki, leader et compositeur du groupe, fait le spectacle, les autres musiciens sont effacés. Mis à part à la fin où ils se sont approchés un peu plus de la scène. Je suis surprise que certains trouvent que Yuki chante juste sur les CD, car ça n’a jamais été le cas, j’étais donc pas du tout surprise de son chant clair “chaotique” (oui, bon ok, faux !) !

J’ai aussi un peu de mal avec l’anglais de Yuki. J’ai rarement compris ce qu’il voulait exprimer. A part le fameux : Show me your boobs (et encore j’ai demandé à mon copain car ‘boobs’ ne fait pas parti de mon vocabulaire et pourtant je suis concernée !).

Moi, ce qui m’a surtout amusé durant le concert, c’était le manager. Il a dû avoir une attaque quand il a vu toutes ses mains se lever avec des appareils photos divers et variés. Aidé du staff allemand, il a vertement réprimandé tout les contrevenants, allant jusqu’à les pécher dans la fosse en saisissant les appareils ! Ils ont dû aussi s’occuper de tout ceux (et ils furent nombreux) qui sont monté sur scène pour un petit moment de gloire à côté du chanteur ou du guitariste. A un moment il en a eu trois qui lui tenait l’épaule… C’était un peu lourd, qu’on vienne sur scène et qu’on saute direct dans fosse, passe encore, mais s’éterniser ça casse un peu le show.

Ce concert m’a surtout donné envie de revoir Dir en grey… Oui, je sais c’est paradoxal et certainement pas le but du jeu, mais que voulez-vous c’est comme ça !

Set list (merci Luciole !)

00. SE (end of finale)

01. REBORN

02. -9-

03. under the skin

04. IN THE FACT

05. [REW]

06. Karma

07. Gate of Death

08. ~tsuioku no kanata~

09. Social Faker

10. Platonic Bitch

11. DRAIN

12. Dust To Dust

13. Nightmare

14. BLACK OUT

encore

15. Sakura no namida

16. SWITCH

17. Maria

18. Warui oni

Myspace officiel de Eyeless

Site offociel d’UnsraW

About the Author