Plastic Tree

Photo : Tanja –  concert à la Maroquinerie

Ryûtarô naquit en 1973 ans à Chiba (près de Tôkyô) où il grandit avec sa soeur cadette. Son passage au lycée fut plutôt houleux même s’il dit adorer apprendre le japonais. Pour sortir de cette mauvaise passe, il forme un groupe : Religion Mix puis Drop’in shop lifter avec Akira.

Plastic Tree est crée en décembre 1993, ayant comme membres Ryutarô au chant, Akira à la guitare, Tadashi à la basse et Shin à la batterie. Mais le groupe est plutôt instable à ses débuts. Akira continue à travailler pour Drop’in shop lifter, il n’est donc que le guitariste de session de Plastic Tree qu’il intègre définitivement en 1994. Ils sortent strange fruit en 1995.

Un an plus tard, Shin quitte Plastic Tree. Il est aussitôt remplacé par le sympathique Takashi dont le son de batterie a déjà été remarqué dans son précédent groupe aux accents résolument pop ; ce qui convient parfaitement aux attentes de Tadashi et Ryutarô. Ils composent pour octobre le single Lila no Ki. Leur style musical est déjà bien établi et il évoluera peu.

1997 est l’année de la sortie de Hide and Seek leur premier album « major » suivi de wareta no mado. Il faut avouer que cet album n’est pas très bon.
L’année suivante, le groupe commence à faire de la bonne musique, plus mélodique. Arrive donc Zetsubô no oka (la colline du désespoir) et Hontou no uso (le mensonge de la vérité), suivi de Puppet show. C’est certainement mon préféré, avec des arrangements et des mélodies vraiment accrocheuses et originales.

En 1999, ils sortent en mars le maxi-single Tremolo, une vidéo de clips Nijigen no Orgul (les boîtes à musique de la seconde dimension) en juillet, le single Sink en août puis Tsumetai Hikari (lumière froide) en décembre, en deux versions dont une collector. Plastic Tree semble clairement prendre son temps pour produire ses CD.
Ils saluent la fin du millénaire avec les deux maxi singles Slide (avril) et Rocket (juillet) ainsi que leur troisième album Parade qui sort en août. Vendu à 30 000 exemplaires, l’album arrive 19ème au top ORICON, c’est donc le disque de leur discographie qui connaît le plus de succès.

Leur deuxième vidéo Nijigen no orgul II est éditée en novembre tandis que le DVD correspondant est attendu jusqu’en février 2001, juste avant la sortie du single Planetarium et de leur première compilation : Cut. Le 14 octobre sort un nouveau maxi-single nommé chiriyuku bokura, suivi d’un best-of de leur singles : la Single collection.

Tadashi quitte le groupe lors du concert Sweet trance en décembre.

Ils sortent une vidéo « live history » le 21 mars 2002 sous le nom de kuro tento. Le 19 juin Aoi tori (l’oiseau bleu) est édité. Leur concert au NK Bay Hall du 22 septembre est vite « sold out », il est précédé le 11 du nouvel album traümerai.

Le 14 juillet lors du concert au CLUB CITTA’, Sasabochi Hiroshi devient leur batteur officiel et le quatrième membre de Plastic Tree. Le 1er novembre, leur précédente maison de disques produit un troisième best-of : Premium Best.
Ils changent plusieurs fois de maison de disque en travaillant, entre autres, avec Crown music. Beaucoup de changement mais toujours autant de CD disponibles dans les boutiques.

En 2003, Baka ni Natta noni et Moshimo Piano Ga Hiketa nara sont deux maxi à part dans leur discographie puisqu’il s’agit de deux reprises. La seule nouveauté est le maxi-single Mizuiro Girlfriend qui précéde leur album Shiro chronicle.
L’année suivante commence avec 「Yuki Hotaru」 en janvier, suivi de Harusaki Sentimental en mars et Melancholic en juillet, avant l’album Cell. Même s’il s’agit d’un bon album, bien meilleur que le précédent, Plastic tree paraît quand même tourner en rond. Si bien qu’ils changent de maison de disque.

Ils autoproduisent même leurs disques quelques mois avant de signer chez Universal J. En 2005, les maxi-singles s’enchaînent : Sanbika, Namae no nai Hana, Ghost et Kûchû Blanco. Il n’y a pas de nouvel album, mais deux compilations : Best Album Kuro-Ban et Best Album Shiro-Ban.

En 2006, Plastic tree partent une tournée mondiale en parcourant la France, la Finlande, l’Allemagne, le Mexique et le Japon. Le 9 juillet, ils jouent à l’Elysée Montmartre.
Mais avant, ils composent Namida Drop (un single assez anecdotique) et un album intitulé Chandelier. La compilation Single collection est rééditée en septembre et c’est seulement en janvier 2007 qu’ils sortent un nouveau single ayant pour titre Spica.
En mai sort Makka na Ito, dernier single avant la sortie le 27 juin de leur nouvel album intitulé Nega to Posi. En septembre, ils fêtent leur dixième anniversaire sur scène avec un énorme concert au Nippon Budokan, concert qui sortira un peu plus tard, en décembre, en DVD. Début novembre, ils débutent une nouvelle tournée européenne. Cette fois-ci ils joueront à la Maroquinerie pour notre plus grand plaisir et iront faire des dédicaces à Chibi Japan Expo.

Leur nouveau single, Alone Again Wonderful World sort le 9 avril 2008, suivit de Replay/Dolly au mois d’août. Leur nouvel album, Utsusemi, sort dans la foulée en septembre.
Par la suite en août 2008 sort une compilation : Gestalt houkai.  A l’automne ils débutent leur 3e tournée en Europe. A Paris ils fouleront les planches de la Scène Bastille, mais aussi le Marché Gare à Lyon.

En décembre 2009 que sort leur nouvel album Donna Donna. Sans parler de renouveau cette galette se révèle plus intéressante que les précédentes. Et ce malgré le départ de leur batteur Sasabuchi Hiroshi. Le groupe continu ses tournées au Japon tout en sortant des maxi single, les DVD live et une compile : ALL TIME THE BEST. Leur nouveau batteur se nomme : Satou KenKen et participe aux nouveaux enregistrements.

Site officiel
MySpace officiel

About the Author