Tokyo Ska Para à Strasbourg

Qu’est ce qu’un bon concert finalement ?
De la bonne musique ? Oui
Des bons interprètes ? Aussi
Mais l’essentiel pour moi c’est une bonne ambiance, à la fois sur scène et dans le public.
Et ça, le Tokyo Ska l’a bien compris. Visiblement heureux de rejouer à Strasbourg (il fallait voir tout le staff du groupe arborer avec fierté leur nouveaux t-shirts estampillé « Strasbourg ») ils nous ont accompagné dans leur univers festif, classieux et décalé pendant environ 1h45.

L’entrée en matière s’est faite avec classe sur leur reprise de la musique du Parrain, hymne international allant de pair avec leurs costumes de scène : smoking noir et blanc, mocassins vernis et petits détails qui tuent.
Le public rentre assez vite dans le trip et ça commence a bouger dans tous les sens. Malheureusement la Laiterie n’était pas pleine ce soir là, Melt Banana jouait dans la salle voisine et beaucoup d’autres festivals étaient organisé le même soir. Mais c’est aussi peut-être parce que l’engouement autour du ska n’est plus le même qu’il y a quelques années… Quoi qu’il en soit les gens qui étaient là étaient heureux et motivés ; que ce soit dans les pogos, dans le fond de la salle ou au premier rang, un sourire était sur toutes les lèvres.

Le groupe a continué le concert avec des chansons issues de leurs 3 derniers albums en date, le tempo de leur compo est très rapide et les enchainements laissent peu de répit pour reprendre son souffle jusqu’à… ce que l’ambiance monte encore d’un cran devenant carrément survoltée :
Reprise de Madness !
Guitare saturée !
Pétage de plombs sur scène – suffit de voir les photos – et dans la fosse !
Ça y est le concert est vraiment lancé. Le groupe enchainera ensuite quelques reprises dans un medley carrément fou alternant grands classiques et folie japonaise.
Dégoulinant de sueur, le groupe ralenti un peu la cadence l’espace de quelques chansons, permettant au public de reprendre son souffle et de profiter du jeu de scène de chaque membre du groupe. la scénographie est évidemment préparée et travaillée avec des chorégraphies millimétrées et des poses sentaï totalement japonaises. Mais le tout est fait dans un tel sentiment de spontanéité qu’on se laisse prendre par le jeu, la bouche grande ouverte et le regard ébahi par un tromboniste-faisant-l’hélicoptère-frôlant-de-justesse-les-cheveux-d’un-guitariste-kamikaze ! Oui c’est complètement « What the fuck » et c’est bien ça qui est trippant !

C’est là qu’arrivera LE moment que tout le monde attend : SKA ME CRAZY !
Intro au mélodica version tuning néon guirlande de noël suivie d’une hystérie collective où tout le monde, fan du groupe ou pas, chantera le refrain à tue-tête.
Les fan japonaises venues exprès du pays pour la tournée ont hallucinées et se sont même laisser prendre au jeu de l’ardeur européenne. On leur a montré l’art du pogo à la française qu’elles ont réussi à mixer avec des chorégraphies retro-ska-jazz carrément fun ! J’ai testé pour vous ce furieux mélange et j’approuve.

Le concert se continuera avec d’autres chansons cultes du groupe et des instrumentaux mettant en valeur la maîtrise parfaite de leurs instruments. La mention jazz de leur appellation « ska-jazz nippon » n’est pas déméritée.

Le rappel se fera sur une version ska-choral de l’Hymne à l’amour qui clôturera un set efficace, un poil plus court que les années précédentes, mais tout aussi survolté.
Bref le Tokyo ska en live ça donne une putain de pêche et finalement c’est tout ce qu’on leur demande !

Pour reprendre les mots du tromboniste devant le tour bus : « See you nexto year ! Arigato ! »

Article rédigé par Silveric – Photos © Silveric
Et un grand merci à la Laiterie de Strasbourg

[Gallery not found]

About the Author