BUTTERFLY de L’arc~en~Ciel

Il faut que je vous avoue une chose. Je ne suis plus motivée du tout. Pourquoi ? Parce que rien dans l’actualité ou dans les dernières sorties ne m’a motivé. Il ne se passe pas grand chose et les albums ou singles qui sortent en ce moment sont insipides.

Cela faisait quelques mois que je n’ai plus chroniqué de CD, j’ai tout de même voulu écouter BUTTERFLY et même s’il ne sera pas parmi mes albums préférés, il aura eu le mérite de m’intéresser !

BUTTERFLY – L’arc~en~Ciel

L’un des groupes pop rock japonais les plus connus au Japon, et de part le monde, est de retour avec un album, souvent qualifié de compile par ses fans, j’ai nommé : BUTTERFLY.

Il faut bien l’avouer le groupe n’a fait que sortir des singles depuis 2008 et leur dernier album KISS. Du coup l’album sent plus la compilation de ses quatre dernières années qu’autre chose. L’album papillonne donc sur les styles et les envies morcelés d’un quatuor en perte de vitesse et de cohésion.

Très honnêtement, je ne trouvais pas tous ses titres extraordinaires, mais bizarrement mis tous bout à bout sur une même galette, et bien c’est cohérent (!!). Certains sont même bien mieux valorisés dans BUTTERFLY que seul… Allez comprendre.

Mes coups de cœurs sont XXX (kiss kiss kiss) que je trouve originale avec un refrain imparable, c’est digne de grands artistes pop, je recommande aussi Shade of Season, un titre original dans le sens propre comme figuré, une sorte de retour aux sources avec un Hyde diablement sexy. Dans la même veine du l’arc pop rock joyeux on retrouve Good luck may ou encore Chase.

On tentera d’oublier les orchestrations peu dignes d’un groupe de cette trempe comme le synthé Bontempi de Byebye ou les affreux violons de Wild flower. N’ont-il pas les moyens de se payer de vrais musiciens au lieu de nous faire subir ceci ?
Je passerais rapidement sur les ballades assez chiantes (Bless, Mirai sekai) et dont l’intérêt reste limité…

BUTTERFLY est un album intéressant, non pas que le groupe innove, non pas qu’on sente pas un certain laisser-aller, mais L’arc a su malgré tout livrer de bons titres, certes dans la douleur et entre deux carrières solos, sans doute contraints par leur contrat, cependant il en ressort un album frais, joyeux et sans prétention, mais qui ravira les fans.

About the Author