Interview d’Inoran à Paris Manga

Il est rare que je publie des interviews, mais j’ai fais une exception pour le musicien d’un groupe non moins exceptionnel. Je veux bien entendu parler d’INORAN. Ce dernier était venu sur le vieux continent pour une tournée en solo. Même si cette facette de sa carrière est peu connu, même des fans de LUNA SEA, c’était impensable pour moi de ne pas participer à cet événement.

Sa tournée se terminait en France au cœur de la convention PARIS MANGA. Il nous a reçu, avec d’autres média : LUNA SEA FOREVER la web radio Nihon no OTO et le site Cinealliance, pour une interview d’une heure dans le brouhaha. Ce qui ne l’a pourtant pas empêché d’être avenant, souriant et très attentif.  C’est sans prise de tête aucune que nous avons pu converser avec lui durant presque heure.

Ma’J (Pour LUNA SEA FOREVER) : Depuis 3 albums vous chantez en anglais est ce un hasard ou aviez-vous dans l’idée d’être distribué à l’étranger ?
INORAN : Quand j’ai commencé à chanter en anglais c’est pour toucher le maximum de gens dans le maximum de pays.
Ma’J : Je l’avais bien supposé
INORAN : (Rires)
Ma’J : Comment écrivez vos morceaux ? Commencez-vous par la musique, les paroles ??
INORAN : Quand j’écris un morceau je commence par la musique puis je compose la partie basse puis les autres instruments, ensuite je fais les paroles, le chant et la mélodie.
Ma’J : Toujours dans cet ordre ?
INORAN : Ah, oui, toujours.

Autre média : Pouvez-vous me donner le sens du nom du groupe Muddy Apes.
INORAN : C’est un projet que j’ai fait avec TAKA le bassiste de FEEDER, un groupe britannique, avec un musicien de Floride DEAN et un autre musicien MAESON. Le concept c’est de faire du rock comme bon nous semble.
Autre média : Et le nom ?
INORAN : C’est un jeu avec la boue comme le font les enfants, sauf que là ce sont des adultes qui jouent avec de la boue. Apes c’est parce qu’un des membres du groupe qui aiment bien les singes (Tout le monde éclate de rire).
Autre média : Ou trouvez-vous votre inspiration pour les textes ?
INORAN : Je suis à la fois inspiré par mes propres expériences mais aussi par ce que je voudrais faire dans l’avenir.
Autre média : comment s’est créé le groupe Muddy Apes ?
INORAN : Le groupe s’est formé autour d’un verre !!! (Éclat de rire général)
Autre média : INORAN, vous participez à beaucoup de projets avez-vous une préparation spéciale ?
INORAN : Il y a peu de différence, la préparation est toujours la même.

Tanja : Avec LUNA SEA vous faites des grandes salles comme le TOKYO dome et aujourd’hui vous faites des petite salles qu’est ce ça vous fait ?
INORAN : Hé bien, pour moi c’est pareil que ce soit dans une grande salle ou d’une petite, je peux faire les deux sans problèmes.
Tanja : Vous n’étiez pas chanteur à la base comment cela s’est-il passé ?
INORAN : Hum, je suis guitariste, mais vous savez le fait de chanter c’est très agréable.

Autre média : Pour cette tournée européenne avez-vous demandé des conseils sur les concerts en Europe à des amis ?
INORAN : Hé bien, je n’ai pas vraiment demandé de conseils avant de venir en Europe, vous savez que ce soit en Japon ou ailleurs les réactions sont différentes c’est vrai mais au final pas plus qu’entre le public de Tokyo et le public d’Osaka ? Que se soit en France, en Espagne ou en Allemagne il y a des réactions différences mais aussi tous sont dedans, et puis pour moi c’est important de créer des liens.
Autre média : Vous êtes déjà venu en concert en Europe avec LUNA SEA, là en solo, pourquoi le nom de Seven Samouraïs ?
INORAN : Hé bien, je suis seul mais j’aimerai créer des liens avec la France pour créer des occasions à une tournée de LUNA SEA, et puis c’est parce que nous sommes sept sur cette tournée 4 musiciens et 3 staff et puis samouraïs par référence au Japon.

Ma’J : Avez-vous des anecdotes qui vous seraient arrivées sur scène, comme votre guitare perdue, pouvez-vous nous raconter ?
INORAN : Hé bien, pendant le transport aérien entre la Suède et l’Autriche ma guitare a été perdue, et j’ai donc dû jouer un ou deux concerts avec la guitare d’un ami, et pendant ce temps elle a été retrouvée, elle était partie en Russie et ensuite elle m’a été restituée.
Ma’J : Et sur scène ?
INORAN : Rien de plus que le quotidien rien d’important, des choses qu’on ne m’apporte pas au bon moment enfin ce sont des détails, rien d’important, c’est presque normal…
Ma’J : Quels sont vos projets solo ?
INORAN : Juste la tournée.
Ma’J : Il faut dire que vous allez être très occupé avec les répétitions de tous les morceaux de LUNA SEA ?
INORAN : (il sourit) Je suis très occupé.
Ma’J : vous avez beaucoup de chanson à répéter.
INORAN : Oui. (Rires).

Autre média : Vous êtes déjà venu à plusieurs reprises en France ? Qu’avez-vous visité et préféré ?
INORAN : Oui, lors d’un de mes voyages à Paris j’étais descendu dans un hôtel près du Louvre… Il faisait très chaud, c’était l’été et comme et je ne pouvais pas dormir je suis allé faire une petite balade dans la nuit et je suis arrivé la place Vendôme, j’ai beaucoup aimé, c’était très beau.
Ma’J : il n’y avait pas de clim ?
INORAN : Non, y’ a pas de climatisation.
Ma’J : pas comme au Japon
INORAN : Non (il éclate de rire)

Autre média : Est-ce qu’il y aurait un ou des artistes avec qui vous aimerez collaborer ?
INORAN : J’aimerais beaucoup travailler avec U2, c’est un grand, grand rêve.

Tanja : Au moment du séisme et du tsunami de mars 2011 comment avez-vous réagi ?
INORAN : (long silence) Quand c’est arrivé je ne savais plus où j’en étais, j’étais désorienté. Mais je me suis dit que je devais quelque chose en tant que musicien, et que je devais continuer à jouer soutenir les gens à travers la musique.
Tanja : Ce qui a donné la chanson uniquement en vente une chanson avec LUNA SEA en soutien aux victimes.
INORAN : C’est ça oui.

Autre média : comment vous sentez-vous pour demain le concert ?
INORAN : ça va être génial. J’avais tellement envie d’être ici.
Est-ce que vous êtes impressionné ?
INORAN : Non,
Est ce que vous vous attendiez à voir que la culture japonaise soit importante en France
INORAN : c’est génial, génial, oui. Ça me fait plaisir de j’espère que je reviendrai. Et puis je voudrais rajouter que je suis très reconnaissant aux français intéressés par la culture japonaise, mais vous savez au Japon il y a des gens qui sont intéressés par la culture française, et j’espère que des liens qui se créeront entre la France et le Japon.
Ma’J : Nous aussi
INORAN : éclate de rire

MA’J (LUNA SEA FOREVER et BLOOD MUZIK) et Tanja (do-ko)

Je tiens à remercier Sonia pour son aide précieuse, le staff de PARIS MANGA, Xavier et Dalila de BISHI BISHI. Et un autre grand merci à INORAN et son staff qui ont été adorable. Merci à tous !

About the Author