BLACK LINE à la Boule noire

BLACKLINE je ne pensais vraiment pas avoir envie d’aller les voir en concert. Et puis j’ai écouté leur unique mini-album et je me suis dis : pourquoi pas ! C’est pas pire que certains, et c’est même meilleur que d’autres !
Et vous allez me dire : Mais c’est avec d’anciens membres de Dio quand même, c’est un peu la honte ? Et je rétorquerais : ne doit-on pas avoir l’esprit ouvert ?
Je suis donc allée à la Boule noire ce 22 décembre pour fêter Noël avec eux. Après une conférence de presse au milieu de la salle, ils nous ont gratifié d’une mini séance photos où ils ont pu laisser libre cours à leur facéties.
150 fans avaient répondu présent alors que les fêtes de Noël aurait pu laisser la salle vide, mais non elles étaient toutes là ! C’est donc dans une bonne ambiance que le concert a se dérouler.

J’ai été déçu lorsque j’ai entendu qu’il allait y avoir une première partie, je voulais rentrer tôt ce soir là (c’est mal je sais). J’allais encore m’ennuyer pendant trois quart d’heure, c’est donc avec un soupir que j’ai vu entrer en scène Klink Klock.
Et là ce fut la révélation !

Brûlez moi sur un bûcher, couper moi les oreilles, fouettez moi jusqu’au sang, car j’avais tort sur toute la ligne ! J’ai adoré leur prestation énergique, je ne me suis pas ennuyée du tout et ils ont vraiment mis le feu à la salle !
Comme quoi quand c’est bon, même en première partie ça passe comme une lettre à la poste.

Puis ce fut le tour de BLACKLINE. Sans dire que ce fut un concert exceptionnel, le jeune groupe a donné une prestation fort agréable. Les chansons se sont enchaînées avec  fluidité, des titres énergique au début et en rappel, et une partie plus calme au milieu.
Mikaru, le chanteur (ex. Dio), a très bien communiqué avec le public et en anglais s’il vous plait. Pas quatre mots sur un papier, mais de vraies phrases intelligible !

Ils ont fait les fous, allant jusqu’à slamer avec un bateau pneumatique sur le public. Grand moment !

Je ne vous mentirais pas je ne connaissais aucun titres, mais les fans ont pu reconnaître une ancienne chanson de Dio : God Forsaken. En tous les cas l’ambiance était au rendez-vous et même moi je me suis bien amusée.

Le concert touche à sa fin tout le monde était contents, le bassiste pleure comme un enfant (la tournée se terminait), il y avait de l’émotion on s’entait vraiment qu’une famille c’était formé lors de cette tournée entre le groupe et le staff. Le public qu’en à lui remercie chaleureusement le groupe pour ce bon moment passé en leur compagnie.

Merci à Torpedo, Bertrand et Charlotte

About the Author