YOSHIKI : L’interview

Photo : Lolu photography

YOSHIKI est de retour en France, seul derrière son piano pour nous livrer un concert unique, bien loin des rageuses décibels de son groupe X-JAPAN. Journal du Japon et moi-même l’avons rencontré dans sa chambre d’un grand palace parisien pour la promotion de cet événement unique.
Il sera en concert au Trianon à Paris le lundi 26 mars. Les places sont toujours en vente à la FNAC.

Bonjour Yoshiki. Tout d’abord, merci de revenir en France !
Yoshiki : Merci à vous.

Pouvez-vous introduire votre album « Yoshiki Classical », sorti l’année dernière pour ceux qui ne l’aurait pas encore écouté ?
A la base, je fais partie du groupe X-Japan. J’en suis le batteur, mais également le pianiste et leader, mais il m’arrive parfois de prendre de la distance avec le groupe, et de composer en solo. J’ai par exemple écrit l’hymne pour les 10 ans de règne de l’empereur Akihito, mais également un concerto pour piano, ou la chanson de l’exposition universelle de 2005 qui se déroulait au Japon. Récemment, on m’a aussi demandé de composer le thème des Golden Globes aux Etats-Unis, pays où je réside principalement.
Je compose donc beaucoup de musique classique, et j’ai décidé de regrouper ces compositions sur un album en les combinant avec des versions remaniées de morceaux d’X-Japan.

Comment était-ce de travailler avec Sir Georges Martin ?
Je le connais depuis longtemps en fait. Je dirais que c’est le meilleur producteur du monde, donc c’était très impressionnant !

Vous jouez de beaucoup d’instruments justement, mais quel est votre favori ?
(Rires) Vous savez, je me suis également essayé à la trompette pendant cinq ans, mais il était évident que je n’étais pas très bon, je n’aimais pas mon image quand j’en jouais, donc j’ai arrêté (Rires). J’aime jouer du piano, et j’aime jouer de la batterie … et en studio, je joue parfois de la guitare … c’est difficile de choisir entre tous ces instruments … je veux dire, quand j’ai envie de tout casser, que je suis énervé, je me rue sur ma batterie évidemment ! (Rires)

Comment êtes-vous venu à écouter de la musique classique ?
Mes parents m’ont acheté un piano quand j’avais quatre ans, donc j’ai commencé à apprendre à en jouer avec un professeur, c’est comme cela que j’ai connu la musique classique.

Puisque vous avez une formation classique, pourquoi vous êtes-vous dirigé vers le métal ?
J’ai commencé à apprendre à jouer de la batterie quand j’avais dix ans. J’avais découvert le rock à cette période. Mais je n’ai jamais vraiment laissé tomber la musique classique vous savez, je jouais de temps en temps comme ça … donc en fait je n’ai pas décidé de jouer tel genre un jour, puis un autre le lendemain, les deux styles ont toujours fait parties de moi au même moment. Parfois je joue plus de musique classique que de rock et inversement, c’est tout.

Maintenant, avec votre longue expérience, quel regard portez-vous sur l’ensemble de votre carrière ?
KISS était le premier groupe que j’ai vu en concert. Je les ai revus récemment en concert à Tokyo, et nous sommes sortis boire un verre ensemble après leur show. Ils sont cools vous savez, ils ont toujours la classe ! J’ai beaucoup de respect pour les artistes qui continuent leur carrière malgré l’âge. Certaines personnes font juste le job et ensuite arrêtent, mais il doit bien y avoir une raison pour qu’ils aient autant marché, leur musique, leur personnalité, leur fan-base … donc je me sens chanceux de faire partie de la première catégorie, d’avoir une longue carrière en tant que musicien. Tout cela, je le dois à mes fans qui m’ont toujours encouragé.

Photo : YOSHIKI

En parlant de vos fans, vous êtes très actif sur les réseaux sociaux, mais avez-vous vraiment le temps de lire tous leurs messages ? (Rires)
Je ne dirais pas que j’ai le temps de tout lire, mais j’essaie d’en lire autant que faire se peut. Je dois dire que je suis assez accro des réseaux sociaux (Rires). Quand je me promène, j’aime tweeter ce que je vois … par exemple quand je suis à l’aéroport, le premier truc que je dois faire c’est tweeter « Je suis à l’aéroport, je vais à tel endroit » . Mais j’aime ça parce que cela me permet d’entendre directement la voix de mes fans. Parfois j’ai du mal à décider quelle chanson je dois mettre dans mes setlists, donc je leur demande directement.

Quels sont vos projets pour cette année ?
Comme vous le savez je suis en tournée pour mon album Yoshiki Classical, ensuite il y aura le concert d’X-Japan au Madison Square Garden à New-York … je pense d’ailleurs que nous ferons bientôt d’autres concerts ensemble. Je compose également des chansons pour plusieurs side-projects, notamment une chanson pour Hello Kitty que je suis entrain d’écrire.
Il y a également plusieurs autres projets dont je ne peux pas encore parler (Rires) mais ils seront annoncés très bientôt !
C’est une année très active pour moi, je voyage beaucoup (Rires).

Qu’écoutez-vous en ce moment ?
En ce moment, je dirais que j’écoute beaucoup de musique classique : Chopin, Tchaïkovski

Dernière question : avez-vous un message pour vos fans, et à quoi doivent-ils s’attendre pour votre concert parisien ?
Je voudrais tout d’abord les remercier pour me soutenir autant. Je sais que les fans français me soutiennent depuis très longtemps, donc même si X-Japan a essayé de venir plusieurs fois en France et a dû annuler à chaque fois, nous avons enfin réussi à faire un concert ici à Paris en 2011. C’était l’un des moments les plus marquants de ma carrière, mais aussi pour notre histoire en tant que groupe.
En ce qui concerne le concert en lui-même, je jouerai beaucoup de chansons d’X-Japan. Il y aura également un écran géant en LED qui diffusera quelques moments marquants de ma carrière donc ce sera vraiment un concert spectaculaire ! Je vous garantis que ce sera très agréable. Cela fait maintenant trois ans que je ne suis revenu en France, donc j’ai très hâte de retrouver mes fans français.

Interview réalisée en coopération avec Journal du Japon
Merci à Laure Ghilarducci, à Sabrina GAUDOU de Goma communication et à YOSHIKI pour le temps qu’il nous a accordé.

Photo de Wallace Woo

About the Author