DEAD END

Souvent X JAPAN est cité comme le groupe précurseur de visual kei, et à raison, mais il en existe un autre plus méconnu, mais qui a joué un rôle tout aussi important : Dead End. Méconnu car splité trop tôt, ce groupe a pourtant influencé bon nombre de nos têtes d’affiches actuels. Je ne peux que vous inciter à les découvrir, même si le son des premiers albums peut rebuter au premier abord. Le temps a certes fait son eouvre mais des titres comme DANCE MACABRE, I CAN HEAR THE RAIN, EMBRYO BURNING, I’M IN A COMA ou encore SERAFINE ne pourront que vous toucher.

Dead End est un groupes né, et même mort, avant que le visual kei ne porte un nom en 1989. Le terme « visual kei » n’est né que quelques temps après au début des années 90 grâce à Seiichi HOSHIKO (Shoxx) et au slogan de X JAPAN.

Le charismatique Otsuka Motoyuki alias Morrie naît le 4 mars 1964 à Himeji dans la préfecture de Hyogo. C’est à l’école primaire qu’il découvre la musique par le biais de Queen et de son fameux titre Killer Queen. C’est un peu plus tard vers l’âge de 13 ans qu’il découvre le rock. Il monte son premier groupe à l’âge de 17 ans alors qu’il est encore au lycée. Le premier titre qu’il jouera sur scène sera Message In A Bottle de POLICE. En 1982, il fonde The wild puis LIAR de 83 à 84. Enfin, commencent les choses sérieuses avec Dead End en 1984, il n’a alors que 20 ans et l’avenir devant lui ! Le groupe s’est formé à Tokyo eavec la rencontre de Morrie et de Takahiro déjà comparse dans un précédent groupe. Leur musique évoluait entre le Hard rock et le Heavy.

En 86 Takahiro quitte le groupe et il est remplacé par You dont les compo incroyablement riches en mélodies et en solo ravageurs couplé à la voix et au charisme de Morrie vont faire des étincelles. C’est à cette époque que sortiront leur premier single : Replica et Worst Song. Leur premier album, Dead Line, sorti en juin 86 est tiré à 20 000 exemplaires, le succès est au rendez-vous. La pochette est un clin d’œil à Eddie la mascotte d’Iron Maiden. Alors que Morrie avoue qu’à l’époque il s’inspirait de Ronnie James Dio pour le chant.

Leur look était proche des groupes de Heavy de l’époque (années ’80), mais toujours sombre avec déjà des cuissardes, des cheveux dressés sur la tête et un maquillage voyant.
Plus tard, ils auront un look plus simple, seul Morrie se détachait avec ses longs cheveux noirs bouclés et ses tenues sombres et amples.

Alors que leur batteur se retire, le reste du groupe signe en major chez Victor.

Leur premier album major, Ghost of Romance, se classe 14e à l’Oricon en septembre 87. Prise dans la boucle du succès, les albums s’enchaînent. Shambara en mai 1888 et Zero en septembre 1989 signé chez BGM.
Leur producteur n’était autre que Hajime Okano qui produisit parmi les meilleurs albums rock (Magic Theater de L’acryma Christi, Ray, Ark et Real de L’arc~en~Ciel, Renai de SID…).

Malheureusement, après leur concert au Nakano Sun Plaza du 21 janvier 1990 Minato quitte le groupe. Après réflexion ils décident de dissoudre Dead End.

Alors que le visual kei est né le groupe devient une légende .

Morrie commence une carrière solo, ses chansons solo sont principalement des ballades au son sinistre ou des chansons rock partageant la même noirceur. Il sortira trois albums : IGNORANCE, Romantic na amari ni romantic na et Kage no kyôen. Pourtant pendant 10 ans il fait peu parler de lui. En 2005, sort une compile de Morrie : ectoplasm.

La même année il annonce son retour avec un nouveau projet Creature Creature. Qui se cache derrière ce nom de groupe ? Et bien de grands noms du jrock ! Au chant on retrouvera Morrie, à la guitare Minoru (ex. DIE IN CRIES et ex. Mad capsule markets) et à la basse Tetsu (L’Arc~en~Ciel). Tetsu sera plus tard remplacé par FIRE.

Ce joyeux projet accouchera de trois albums : Light&Lust (2006), Inferno (2010) et Phantoms (2012).

Le 3 juillet 2009, après près de 20 ans d’absence Dead End est de retour. Un retour inespéré par les fans. Morrie, You et Crazy Cool Joe reprennent du service. Deux nouveaux albums vont voir le jour Metamorphosis (2009), Dream Demon Analyzer (2012) ainsi que des tournées à travers le Japon. Si Dead End n’a plus le succès qu’ils avaient eu dans les années 80, le groupe bénéficie d’une aura toute particulière. Le groupe a eu un impact significatif sur bon nombre de musiciens et de chanteurs (Kyoharu de Kuroyume, Hyde de L’arc~en~Ciel, Sugizo et Ryuichi de LUNA SEA, Huri de Lacryma Christi etc.). Certains ont d’ailleurs participé à l’album tribute Dead End Tribute – Song of Lunatics.

Jamais je n’aurais cru qu’un jour Dead end viendrait en France en concert. Pourtant le 6 juillet prochain nous aurons la chance de voir débarquer l’un des groupes les plus emblématiques post-visual kei. Ne loupez pas cette occasion sans doute unique de découvrir la base de ce mouvement.

Les places sont disponible à la FNAC, n’hésitez pas !

Page de l’événement JAPAN MUSIC FEST 2014

About the Author