MUCC, retour gagnant au Divan du Monde

11062105_10153252108954351_3552745219608562887_o

Depuis janvier 2011, MUCC avait recentré ses activités au Japon, laissant leurs fans étrangers sur le carreau. Quatre années et deux albums plus tard, le quatuor revient pour une tournée européenne, qu’on n’attendait plus. Les 19 et 20 mai derniers, nous avons assisté à deux soirées mémorables au Divan du monde.

En effet, c’est en grande forme que nous les retrouvons sur scène pour l’album The End of the World et une envie évidente de renouer avec leurs fans européens. En 2009 nous avions eu droit à un Tatsuro malade qui avait eu bien du mal à assurer le spectacle. Est-ce pour cela que les concerts de cette année se sont bien moins vendus, ou bien parce que les fans n’ont pas adhéré à leurs derniers albums ? Pourtant, cette fois-ci, Tatsuro a pu prendre sa revanche ! Pendant deux jours, nous avons ainsi retrouvé le MUCC que l’on aime, celui de la Locomotive de 2005 et 2007.

Si vous n’êtes pas venus, vous avez raté une belle performance ! Mais ceux qui étaient présents ont fait du bruit pour 1000.

LA FOSSE, L’ANTRE DE L’ENFER

Les deux spectacles dégageaient autant d’ardeur l’un que l’autre. Le public n’était d’ailleurs pas en reste, chaud comme la braise et faisant monter la température dès le début des festivités. La fosse s’est vite transformée en gouffre de l’Enfer, pogos, circle pits et pour finir un petit wall of death dont les participants (dont quelques fluettes japonaises) se sont montrés dignes. L’énergie était là, les refrains sont repris en chœur et le public, même peu nombreux, donne de la voix… ça fait du bien !

Les setlists quant à elles présentent peu de variations entre les deux soirs, avec des titres tirés principalement de leurs deux derniers albums  The End of the World et Shangri-La. Elles étaient cependant bien équilibrées : après presque 20 ans de carrière et autant de styles abordés, les fans ont pu bouger sur la pop rock sucrée de NIRVANA, se déhancher sur le rythme funk de 369-Miroku-, sautiller sur l’électro de G.G  ou s’agiter sur le refrain jazzy de Pure black. Les vieux de la vieille n’étaient pas non plus oubliés avec des titres comme ZETSUBO et Ranchuu, ou les classiques Fuzz/Libra.

Peu de temps mort et aucune ballade pour casser le rythme, MUCC était là pour nous faire bouger et ils ont réussi leur pari ! Parfait jusqu’au bout des ongles, le groupe nous a livré des prestations sans accroc qui en feraient pâlir plus d’un, confirmant ainsi leur statut de pilier du rock japonais. Mais là où certains se seraient contentés du minimum syndical, MUCC offrira deux heures de show chaque soir… grands princes.

L’assistance a également eu le privilège d’entendre trois nouveaux titres qui seront sur leur prochain mini-album : T.R.E.N.D.Y.- Paradise from 1997 -, à savoir SeirenD. f. D ~Dreamer from Darkness et Tonight.

MUCC EN OSMOSE AVEC SON PUBLIC

Loin du strass et des paillettes de leur statut, la complicité entre le groupe et son public faisait plaisir à voir. Tatsuro a tenté a plusieurs reprises de communiquer avec le public, mais était content de voir que les fans comprenaient le japonais. Le leader se mettra d’ailleurs en tête de nous apprendre quelques mots de sa langue. Pas de traduction prévue pour nous, mais on imagine que le tout ne devait pas être très catholique…

Les fans en apprendront certainement plus avec le futur DVD, car oui, l’hypothèse formulée par Miya le premier soir fut confirmée le second : il y aura bien un DVD sur la tournée européenne. Une bonne nouvelle donc !

Plus globalement, ces CM ont été l’occasion d’en découvrir un peu plus sur chaque membre tant ils sont discrets habituellement. Des intermèdes sous le signe de la bonne humeur et de la rigolade, typiquement japonais, mais qui permettent de maintenir l’interaction avec le public malgré la barrière de la langue. Un bel effort, et surtout une marque d’humilité de la part du groupe.

Ce que l’ont peut retenir de ces deux shows explosifs, ce sont des prestations impeccables servies par deux setlists parfaitement équilibrées, une osmose parfaite entre MUCC et son public, ainsi qu’une fois n’est pas coutume, un son digne du Divan du Monde.

MUCC reste un groupe à suivre, qui ne se dénature pas avec le temps et généreux avec son public. 



SETLIST 1er soir :
THE END OF THE WORLD
Suiren
ENDER ENDER
D. f. D ~Dreamer from Darkness (nouvelle chanson)
G.G.
WateR ~ 369-Miroku-
AGEHA
Ms. Fear
Tell Me
Pure black
KYOURAN KYOSHOU- 21st Century Baby –
NIRVANA
FUZZ
Hallelujah
HOUKOU
Mr. Liar
~
SAISHUU RESSHA
RANCHUU
Mad Yack
Libra

SETLIST 2e soir :
THE END OF THE WORLD
Suiren
ENDER ENDER
D. f. D ~Dreamer from Darkness (nouvelle chanson)
G.G.
WateR ~ Anjelier
AGEHA
Ms. Fear
Tell Me
Pure black
KYOURAN KYOSHOU- 21st Century Baby –
NIRVANA
FUZZ
Hallelujah
HOUKOU
Mr. Liar
~
ZETSUBO
RANCHUU
Mad Yack
tonight (nouvelle chanson)

Article réalisé pour Journal du Japon

About the Author