The GazettE LIVE TOUR 16 DOGMATIC -TROIS-

13325498_10154159478174351_6466649097989358649_np

Je suis arrivée en avance à mon 8e concert de The GazettE leur 1er au Zénith de Paris. C’est entre 1500 et 2000 qui sont présents ce soir là. Pas de quoi remplir la grande configuration, mais plutôt la petite. La fosse est plus petite, et seul les billets VIP ont le droit d’y aller. Les gradins sont quant à eux bien remplis.
Quand je pense que j’ai connu ça dans un obscure live house d’Osaka vers 5h30 du matin un 1er janvier 2003 -le groupe n’avait pas un an-. Ouais, cela me semble bien, bien, loin.

Une foule bigarrer semble chaude pour enflammer la salle en ce vendredi soir ! Dès les premières notes de DOGMA ou RAGE, le public s’électrise. Jusqu’à la dernière note il sera près à remuer et s’éclater avec le groupe. Ce dernier est très statique sur scène, dommage car elle est vraiment grande, c’était l’occasion de se défoncer.

Je me dois d’être honnête avec vous, je n’écoute plus the GazettE depuis quelques années. Autant dire que la setlist était très obscure. Le son médiocre n’a pas aidé. Je sais pas où certains ont trouvé qu’il était bien car non tout était transformé en bouillie sonore et trop saturé, la voix de Ruki couvert par le reste des instruments. Plus de Kan tojou geza kumikaiWife, akai ONE-PIECE, Beautiful 5 [shit]ers, wakaremachi, Linda, SxDxR, ruder, anti pop, Maximum impulse… Je suis très nostalgique de cette époque, moins bourrin, plus punk, moins métal, plus mélodique mais avec de quoi bien s’éclater en concert quand même.

13394046_1138651036176721_2894771881267501414_n

Photo prise par Ruki et posté sur son compte Instagram

Les lumières réduites à leur stricte minimum ne laissant que des ombres sur scène, c’est sympa au début, un peu moins sur la longueur. Notons malgré tout de très belles trouvailles lors de certaines pauses. Franchement avec le peu de moyen qu’ils avaient ça remontait un peu le minimaliste décors.

Dans un magma de titres inconnus je reconnais THE SUICIDE CIRCUS le seul titre de TOXIC qui avait trouvé grâce à mes oreilles. Les titres s’enchaînent sans que je différencie quoique ce soit.

setlist

DOGMA
RAGE
VORTEX
FADELESS
VENOMOUS SPIDER’S WEB
BIZARRE
DRIPPING INSANITY
OMINOUS
THE SUICIDE CIRCUS
DERANGEMENT
UGLY
UNDYING
Filth in the Beauty

Encore :
Hyena
Cockroach
TOMORROW NEVER DIES

About the Author