Miyavi prend son envole avec Fire bird

Le 31 août est sorti le 10e album de Miyavi : FIRE BIRD. Ce dernier a été enregistré à LA, le guitariste/chanteur nous faisait part de son avancement sur les réseaux sociaux. Si la version physique n’est pas en vente en Europe (mais on peut la commander facilement sur CD JAPAN), il est disponible sur Itunes et sur Spotify.

CD_ブックレット_表14

Son précédent album, The Others, était clairement un tournant dans la discographie de MIYAVI plus électro, plus synthétique, mais sans doute aussi moins accrocheur. L’essence même des chansons prenaient tout leur sens en live libérée de la froideur de l’enregistrement. Lors de son passage au Bataclan en 2015, il était enthousiasment, alors qu’il pouvait paraissait trop froid sur ma platine.

Pendant la promotion il nous avait mis l’eau à la bouche en dévoilant plusieurs titres comme la très entraînante SHE DON’T KNOW HOW TO DANCE. Ainsi que des extraits de ANOTHER WORLD et FIRE BIRD.

Qu’à cela ne tienne, le guitariste samouraï en a encore sous la pédale d’effet. A peine 1 an et quelques mois après son dernier opus il est de retour avec FIRE BIRD. Touche à tout, MIYAVI a trouvé en la personne Lenny Skolnik un est un très bon producteur. Lenny Skolnik est compositeur et programmeur basé à Philadelphie. Il lui a permis de s’entourer de nombreux musiciens et compositeurs d’où un album sensiblement différents de ces précédents : moins rock, plus électro. 

L’album débute par Another world un titre dansant et électro qui nous fera sans aucun doute bouger comme des fous en live. Même topo pour FIRE BIRD j’en sautille d’avance devant mon clavier. Il a un sens du rythme et de la mélodie toujours aussi acéré.

DIM IT Fest.BONES et RAISE ME UP sont définitivement plus électro.  On retrouve aux crédits du premier titre la chanteuse Rosie Bones du groupe anglais BONES et qui a collaboré entre autre -rien de moins- que Jeff Beck. On pourrait se plaindre qu’elles sont plus faites pour les clubs que pour MIYAVI, pourtant elles sont dans une évolution de ses deux, trois derniers albums.

A partir de AFRAID TO BE COOL on revient à un son plus funk, le clip à été réalisé en roto par Fantasista Utamaro un habitué du genre. Je vous met au défi de ne pas vous trémousser sur SHE DON’T KNOW HOW TO DANCE qui est l’un des titres les plus catchy de FIRE BIRD.

Puis arrive LONG NIGHTS et ses chœurs d’enfants (dont ses deux petites princesses) est elle aussi très entraînante avec un refrain imparable que tout le monde pourra chanter avec lui. Là aussi beaucoup de monde aux crédits. On retrouve d’autres artistes comme Ilan Kidron de The Potbelleez, Colin Brittain alias Doc Brittain qui a déjà collaboré avec ONE OK ROCK, RAS qui a bossé avec Avicii ou Good Charlotte. C’est la même équipe que pour le titre YOU KNOW IT’S LOVE.

J’ai été littéralement conquise par STEAL THE SUN que je trouve lumineuse et envoûtant. Calme et reposante, elle permet d’ouvrir tous ses chakras et de s’abandonner à la musique. L’album se termine sur sur un très bon titre rythme funk / gospel : HALLELUJAHTony Rodini et Austin Massirman on co-écrit ces deux titres avec MIYAVI et le résultat est étonnant. Et j’approuve !

Encore une fois MIYAVI nous a servi un album riche et original. Taillé pour le live, on ne doute pas une seconde de prendre notre pied lorsqu’il reviendra en Europe. J’espère que 2017 nous sera le terrain propice à son retour en attendant FIRE BIRD tournera en boucle.

Track list

ANOTHER WORLD
FIRE BIRD
DIM IT FEAT.BONES
RAISE ME UP
YOU KNOW IT’S LOVE
AFRAID TO BE COOL
SHE DON’T KNOW HOW TO DANCE
STEAL THE SUN
LONG NIGHTS
HALLELUJAH
+ COCOON (version limitée seulement)

MIYAVI à participé avec sa chanson The Others à un clip pour un soutien à l’Agence Pour Les Réfugiés. Il a pour ça été tourner dans des camps de réfugiers et donné des petits concerts avec Bobo son batteur.

About the Author