MAN WITH A MISSION de retour au Petit bain

MAN WITH A MISSION, le groupe de rock à tête de loup qu’on ne présente plus, était de retour en France un an seulement après leur dernier passage. Et cette fois la salle est pleine à craquer le concert est bel est bien complet.

Nous sommes au Petit bain sur les bords de la Seine et l’ambiance est bonne. Des fans distribuent des petits drapeaux français, une Japonaise donne aussi des badges fait maison, les discutions vont bon train dans la longue file d’attente. L’entrée annoncée à 19h sur les billets ne se fera réellement qu’à 20h : heureusement que la canicule est terminée !
Quand on demande à Jean-Ken Johnny ce que ça leur fait d’être de retour avec un concert complet ((Pour les curieux Le divan du monde a une capacité de 490 places contre 450 pour le Petit bain) il répond : C’est super, je suis vraiment content. On n’aurait jamais pensé être aussi bien accueilli parce que je sais qu’il est difficile de suivre un groupe qui vient de l’autre bout du monde et on ne vient pas si souvent que ça. Mais c’est génial d’être là et j’ai juste envie de dire « Merci beaucoup à tous » !

C’est le groupe français de rock alternatif Merge qui ouvre le bal. Pas toujours évident quand la salle est acquise à la tête d’affiche. Ils font le job chauffe la salle sans nous ennuyer. Les deux groupes se remercient mutuellement.
Après une pause histoire d’installer le matos MAN WITH A MISSION entre enfin en scène avec Get Off of My Way et le petit mouvement de bras qui va bien.

C’est l’explosion et la montée en température : l’expression mettre le feu prend tout son sens ! Le Petit bain, se transforme petit à petit en Petit sauna. La setlist est puissante et il y a très peu de moments calmes pour reprendre son souffle. Le groupe donne tout et le public, devenu liquide, le lui rend bien. Le set se poursuit notamment avec hey now tiré de leur dernier maxi single suivi de près par Distance.

DJ Santa Monica se jette dans la foule sur le titre Database pour un slam mythique ! La foule nous l’a rendu après un long vol. On reprend de plus belle avec Take What U Want, le public ne faibli pas et suit le rythme effréné du set.

Il enchaîne avec le titre Dead end in Tokyo écrit avec Patrick Stump le leader de Fall out boy.
Mais comment s’est passé cette rencontre justement ? Jean-Ken répond : On a beaucoup travaillé avec Epic sur nos chansons aux USA, et régulièrement ils nous demandent quels sont les artistes que l’on aime, les producteurs avec lesquels on aimerait travailler. Patrick était sur la liste depuis longtemps. Quelqu’un de chez Epic lui a fait passer le message. Il y a quelques années quand il est venu au Japon il a du voir un de nos concerts ou quelque chose du genre parce qu’il se souvenait de nous. Si bien qu’il a répondu « OK, faisons quelque chose ensemble. […] C’était un grand moment. Bien sûr on connaît bien ce groupe, et le style de Fall Out Boy est le truc le plus important qu’ait la musique rock tu sais, parce que c’est catchy, c’est agressif, ça ne vieillit pas tellement c’est puissant. Travailler avec Patrick c’était très stimulant. A vrai dire j’étais très intéressé par la façon dont il nous dirigeait sur les paroles. « Le message », il nous parlait sans arrêt du « message », du fait qu’il fallait qu’il soit spontané, que l’on parle de nous. C’était presque comme une consultation chez le psy tu sais, il nous demandait « Comment est votre vie ? Comment ça va ? Que pensez-vous de la religion ? » 

Sur scène ce fut une réussite ! Le public est au ange et reprend la chanson à tue tête. Vient ensuite une petite pause bien mérité pour une partie du groupe. La chaleur est intense, la salle est moite, les murs et le sol recouverte d’eau. Un petit drums solo et interlude du DJ avant de visionner un petit dessin animé racontant l’histoire du groupe.

C’est avec le titre evils fall que le groupe revient sur scène. Quand déjà résonne les premières notes de leur reprise phare de Nirvana : smells like teen spirit, le public est en transe. Le petit bain est chauffé à blanc.

Tout le monde est désormais près pour raise your flag : le public sort ses petits drapeaux confectionnés par des fans avisés. L’effet est saisissant, les membres du groupe ont adoré leur staff aussi qui filment et prennent des photos. Jean-Ken remercie le public pour ce grand moment !

Tout le monde reprend en chœur les « Ohhhh » du générique Seven deadly sins, là encore c’est une chanson taillée pour le live. Elle est suivi de Fly again et de sa chorégraphie. Tokyo Tanaka prenant bien soin de nous montrer par quel côté commencer à lever les bras. Le public a fondu sur place, mais ce n’est pas grave il répond encore !
Il est rare que les membres du groupe sortent de leur univers. Mais écrasé par la chaleur Jean-Ken dit au public : Il fait vraiment chaud ici ! Les fans face à lui disent aussi avoir chaud. Il leur répond : « hey les gars vous n’avez pas ce masque ! ». D’ailleurs, quand nous l’avons interviewé nous lui avions demandé ce qui l’avait surpris en Europe. Il répondait : Ce qui me surprend en France et en Europe ? Oh il y a beaucoup de choses ! Par exemple, il fait vraiment très chaud ici depuis quelques jours, j’ai entendu dire que c’était très lourd pour vous ! Je n’aurais jamais pu imaginer ça, 38° en France ! Il ne savait pas que le pire était donc à venir sur scène !

Arrivent le temps des deux derniers titres. Même si nous sommes accablés par la chaleur et la moiteur ambiante tout le monde en veut encore plus !

Leur tout dernier single, Dog Days, sorti quelques jours auparavant, est produit par Masayuki Nakano (BOOM BOOM SATELLITES) et nous leur avons demandé ce que cela leur à apporté de travailler avec lui. Jean-Ken répond : A vrai dire c’est à mon avis l’un des meilleurs musiciens du Japon, j’adore ce qu’il fait, et le groupe est clairement l’un des plus importants à avoir fait quelque chose en Europe. NME (NDLR : New Musical Experience) a dit d’eux un jour qu’ils étaient les futurs Chemical Brothers ou quelque chose comme ça. Ça m’a rendu très fier de la scène musicale japonaise, on est très fan de lui… C’était déjà dans notre sang, mais il a contribué à l’ouvrir encore plus et c’était génial de travailler avec lui.

Le concert se termine sur Emotions. Les fans ressortent de la fournaise, décomposé mais heureux. Prêt à un nouveau concert.

Nous leur avons demandé quel était leur projet pour un nouvel album. Jean-Ken répond : Le prochain album… Mmmm… On ne sait jamais totalement comment les choses vont se concrétiser mais… J’ai toujours assez de chansons d’avance pour faire un ou deux albums donc… Je suis vraiment impatient que vous puissiez l’écouter. Je pense qu’il sera assez nouveau par rapport à ce qu’on a fait avant. Pas dans le sens totalement différent mais… On a travaillé avec beaucoup de personnes, de musiciens différents et en même temps, on a beaucoup tourné, aux USA et en Europe, et ce disque sortira ici aussi donc… Je pense que ce sera vraiment bien.

Pour conclure sur ce concert épique, le meilleur qu’il est donné dans l’hexagone pour le moment, un petit message du groupe : Merci à tous, vraiment, pour votre soutien au quotidien. Quant à ceux qui ne nous connaissent pas, j’aimerais vraiment que vous veniez à notre concert et que vous sachiez qu’il y a un groupe, un groupe de loups, qui « rocks a lot ». Alors s’il vous plaît, venez !

Et vous, MAN WITH A MISSION, Revenez quand vous voulez !

Set list

Get off of my way
hey now
distance
Database
take what u want
dead end in tokyo

interlude (drums solo, guitar solo)

evils fall
smells like teen spirit (reprise de Nirvana)
raise your flag
seven deadly sins
fly again

-encore-
dog days
emotions

 

Complément d’info : retrouvez le groupe et son actualité sur leur site officiel, youtube, Facebook, twitter.

Un grand merci à h.i.m. media pour son professionnalisme et à Kevin pour la traduction.

Article paru dans Journal du Japon.

About the Author